Deezer

Deezer 2

02 novembre 2012

Playlist automne/hiver...

Charles Trenet : tant de belles choses, poétiques, évidentes, émouvantes, universelles, parfaites et incomparables.


The Beatles : "Intégrale remasterisée"
La remastérisation récente de l'ensemble de la discographie des Fab Four ne relève pas du simple argument commercial. Bien au contraire, c'est une réussite totale qui nous fait redécouvrir  l'évolution sonore et le génie créatif du groupe...

Norah Jones : "Little Broken Hearts "
Remettons les pendules à l'heure (pour certains) : NJ s'écoute et ne s'entend pas !
Depuis son troisième album, "Not too late", NJ prend de plus en plus de risques... Sa précédente production "After the fall" constitue également un virage pop/folk/rock très important.
Pour ce cinquième album, la belle brune s'est associée à Danger Mouse pour bâtir un disque de rupture sentimentale subtilement féroce et délicieusement impitoyable ("Miriam")...

Regina Spektor : "What we saw from the cheap seats"
Voici le digne successeur du très beau "Far", selon moi encore plus dense et abouti que le précédent. On retrouve dans chaque chanson de la russo américaine ce bouquet d'émotions aussi imprévisibles que variées. L'ensemble est bien entendu relevé par son jeu de piano unique, à la fois profond, aérien et toujours inspiré...

Diana Krall : "Glad Rag Doll"
Une interprétation toujours  juste et millimétrée...
La grande réussite de ce disque est qu'il sonne roots, brut, blues et même country folk par instants. Diana Krall bouscule enfin ses habitudes...

Bob Dylan : "Tempest"
Dylan a eu plusieurs vies : le  folk des débuts sous influence Woodie Guthrie puis le passage à l’électricité et ce savant mariage pop/folk. A ce sujet, je vous conseille l'excellent film "I'm not there" de Todd Haynes. On cite un peu moins je trouve la période actuelle qui démarre en 1997 avec le magnifique "Time out of mind". Ont suivi de très beaux disques ("Love & Theft", "Modern Times", "Together through life") hommages à une certaine musique américaine que Dylan revendique sans complexe. "Tempest" en est aujourd'hui l'apogée. L'artiste n'a plus la même voix depuis longtemps, je dirais même que je la préfère ainsi, rocailleuse, usée presque fatiguée mais aussi plus sensible et nuancée. Sur ce dernier disque tout est équilibré, poétique et certains titres tels que "Duquesne Whistle" ou "Soon after midnight" figurent parmi les plus beaux jamais écrits par le songwriter américain !

The Meters : "albums de 1969 à 1975"
Un funk prodigieux et fondateur de celui que l'on peut entendre à la Nouvelle Orléans. Je suis à chaque fois sidéré par ces premiers albums principalement constitués de pièces instrumentales syncopées. Ces disques doivent énormément au génie absolu de deux de leurs musiciens : Zigaboo Modeliste (batterie) et George Porter Jr (Basse)... Une leçon de rythme !

Dr John : "Gris Gris + Gumbo"
Il est toujours gourmand de se replonger dans la musique de La Nouvelle Orléans... Entre voodoo songs, jazz, blues, funk, le Dr vous emportera d'une cascade de notes de piano et de cuivres !.. C'est un peu toute l'âme de la Nouvelle Orléans dans ces deux disques majeurs...

Fred Alan Ponthieux : "Moon Guitar Song"
Un album qui dépasse l'unique stade d'un virtuose de la guitare acoustique. Un voyage onirique entre créations originales métissées et relectures inspirées de grands standards...

Aucun commentaire: